Il faut du temps pour visiter le Vénézuela. Le pays est deux fois plus grand que la France. C’est pourquoi les circuits durent au moins quinze jours. Peu de voyagistes se sont emparés de la destination, pourtant les itinéraires sont superbes et les prix encore peu élevés. La destination demande néanmoins patience et esprit d’aventure, car les circuits se déroulent en empruntant les modes de transport locaux (ce qui peut entraîner certains retards). L’hébergement se fait en auberge, en gîte ou en campement. Le confort peut être sommaire à certaines étapes. Les repas sont préparés en commun ou pris dans de petits restaurants locaux. Pour profiter au mieux de ce type de circuit, il est préférable de voyager léger, mais sans faire l’impasse sur l’essentiel : lunettes de soleil, baume à lèvres, écran total, petite pharmacie, bonnes chaussures de marche et vêtements de randonnée légers mais protecteurs.
La puissance de l’eau, la magie des paysages.
Le Venezuela, ce n’est pas le moindre de ses attraits, recoupe l’ensemble des traits géographiques des pays d’ Amérique du Sud. Par ses côtes, ses îles et l’implantation de sa population, il appartient au monde Caraïbe. Ce n’est là cependant qu’un aspect de l’un des plus importants pays d’Amérique latine.
A la diversité du relief correspond la variété des paysages marqués par la puissance de l’eau.

Les Andes Vénézuéliennes sont le prolongement de l’épine dorsale américaine qui court à l’ouest du continent depuis la Terre de Feu.

Le Bouclier Guayanais correspond au Bouclier Brésilien.

L’Orénoque partage ses eaux avec l’Amazone.

Les Llanos sont constitués de trois plaines alluvionnaires qui se prolongent en Colombie et que l’on compare aux pampas argentines.

Peu de pays rassemblent dans un espace réduit une telle complexité géographique, simultanément terre d’aventure, d’écologie et de tourisme.